Le Miroir en transformation...

L'année scolaire 2013-2014 est terminée depuis quelques jours déjà et la prof en moi se questionne... (comme toujours diront ceux qui me connaissent!) Bien que je profite pleinement de mes vacances, je prends du temps afin de réfléchir et d'évaluer les réussites et les échecs de cette année. 

 

Ce fut une année bien remplie pour moi. Conférences, participation à des congrès, travail de collaboration avec ma commission scolaire, classe inversée, intégration des technologies en classe, implantation de l'anglais intensif,  etc. Plusieurs projets qui ont demandé énormément de temps et d'investissement. Est-ce que ça en valait le coup me demandent certains? "TELLEMENT" est la réponse que je leur offre:) Voici pourquoi. 

 

En tant qu'enseignante, la planification des conférences et la participation aux congrès s'y rattachant  m'ont fait grandir. Beaucoup. J'ai eu la chance de cotôyer des enseignants, des directions, des conseillers pédagogiques (et beaucoup d'autres) si motivants et inspirants! Toutes ces rencontres m'ont amenée à me dépasser, à vouloir devenir encore meilleure. Certes, j'ai donné cette année! J'ai maintes fois participé à des rencontres de toutes sortes afin d'expliquer le fonctionnement de ma classe (et de celle de mon collègue Éric Tremblay avec qui je partage quotidiennement la vision du vaste monde de l'éducation), du principe de l'approche de la classe inversée et du BYOD (AVAN), etc. J'ai donné, mais j'ai aussi reçu. 

 

Et mes élèves, eux? Ils ont bénéficié de toutes ces rencontres, évidemment! Ils ont eu devant eux une enseignante qui cherchait constamment à s'occuper de chacun d'eux, de leurs forces et de leurs défis. Ils ont eu accès, indirectement, à plusieurs autres enseignants aussi. Lorsque je m'inspirais d'une idée venue d'ailleurs ou d'une approche lue dans un livre, ils en bénéficiaient. 

 

Alors, pourquoi toutes ces réflexions puisque ce fut une belle année ? Simplement parce que je suis une fille de projets qui cherche constamment de nouveaux défis. Des projets/défis mènent nécessairement vers des remises en question...parfois assez profondes. J'en suis actuellement à ce stade. Deux projets principaux s'offrent actuellement à moi. 

 

1- Retour aux études (à temps partiel, je ne suis pas prête à quitter ma classe!). Demande d'admission faite, en attente d'une réponse. Adaptation scolaire - majeure en difficultés d'apprentissage. Je serai ainsi mieux outillée pour mes p'tits cocos qui en arrachent! 

 

2- Une transformation du Miroir Pédagogique. Steve Jobs répétait sans cesse qu'à vouloir trop en faire, on finit par ne faire qu'à moitié. Je me concentrerai donc sur quelques points seulement: la classe inversée ainsi que les difficultés d'apprentissage et comportementales. Je laisse aux autres le soin de garnir leur site web de documents et de projets à réaliser en classe (ils sont plusieurs à si bien le faire déjà). Ma place à moi se trouve auprès des élèves en difficultés et de la classe inversée. 

 

3- 3? Pensiez-vous vraiment que je m'arrêterais au #2? Dernier projet en liste... agrémenter le Miroir Pédagogique d'articles de blogue de mon cru (et peut-être bien de d'autres) sur divers sujets qui me touchent ou vous touchent... Parce qu'on ne parle jamais assez d'éducation:) 

 

Bon été à tous! 

Karine 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Manon Murray (mercredi, 16 juillet 2014 12:47)

    Bonjour Karine! J'ai assisté à votre atelier de l'a AQUOPS 2014 et c'est toute cette passion, ces remise en questions et ce désir de faire mieux qui m'ont permis de me lancer moi aussi dans cette pédagogie! Je vous remercie encore et je vous suivrai cette année!

  • #2

    Bianca Lecours (mercredi, 16 juillet 2014 15:50)

    Bonjour,
    Je vous trouve très inspirante, allumée et déterminée. Des enseignantes comme vous, c'est toujours agréable de les côtoyer lorsque l'éducation nous passionne. Justement, je m'intéresse à la classe inversée et je connais cette pédagogie depuis peu... Pouvez-vous me dire si c'est réalisable dans un contexte où on est seule à travailler dans un niveau et/ou un cycle. Doit-on nécessairement avoir un collègue qui travaille avec nous pour arriver à tout préparer? Aussi, quels-sont vos conseils à l'égard de la pratique de ce type d'enseignement? Que doit-on considérer en premier?
    Merci à vous,
    Bon été

  • #3

    Manon (jeudi, 17 juillet 2014)

    Bonjour Bianca! Je me permets juste de te dire que oui, même si tu es seule, tu peux y arriver! Je l'ai fait quelques mois et mes collègues trouvaient l'approche intéressante...mais elles n'étaient pas convaincues de vouloir s'y mettre. Je laisserai Karine te répondre car je n'ai pas la prétention d'avoir son expérience! Je veux te dire d'y aller, amuse-toi et tes élèves ne pourront qu'apprécier de découvrir cette pédagogie avec toi!!

  • #4

    Karine (lundi, 21 juillet 2014 19:32)

    Bonjour Bianca!
    Je vous réponds brièvement pour vous dire qu'instaurer une telle pratique peut se faire même si on est seul (e). Il suffit de savoir où l'on va et de prévoir le temps nécessaire pour y arriver. :) Ce sera un plaisir pour moi de discuter avec vous lors de mon retour à la mi-août.
    Au plaisir!
    Karine

  • #5

    Manon Bolduc (jeudi, 07 août 2014 07:54)

    Bravo Karine de ne jamais rien prendre pour acquis. Ton ouverture aux autres à ta capacité d'introspection font de toi une excellente enseignante et intervenante, avec les enfants en difficulté. Au plaisir de travailler à tes côtés bientôt!