Après une année sous l'approche de la classe inversée

L'année 2013-2014 nous aura permis, à mes élèves et moi, d'expérimenter, de travailler et d'améliorer notre approche de la classe inversée. Bien que l'expérience fut positive, il ne faut pas néglier tout le travail qu'elle implique, tant pour l'enseignant que pour les élèves. 

 

Les devoirs au départ...

Les nouvelles approches font souvent peur... Bien que j'étais confiante que celle-ci fonctionnerait, j'ai cru bon (au début du moins) de demander à mes élèves quelques devoirs écrits "intelligents" en plus d'écouter les séquences vidéo nécessaires au travail du lendemain. Les capsules vidéo ont vite fait fureur et tous mes élèves les écoutaient, bloguaient (j'y reviendrai..) et possédaient la base nécessaire pour aborder le travail à faire en classe le lendemain. Toutefois, les autres travaux n'étaient pas aussi populaires. "Inutile de me battre", me suis-je dit après mûre réflexion. J'ai courageusement (avec l'accord de mon collègue tout de même) choisi de les laisser tomber. Tout simplement. 

 

Les devoirs par la suite...

QUEL soulagement!! À partir du moment où j'ai appliqué cette courageuse décision, voici à quoi ressemblait les devoirs/leçons de mes élèves. 

 

Chaque semaine: verbe - liste orthographique - tables (parfois des exercices sur Netmaths) - lecture (imposée ou personnelle) 

 

Chaque jour: une ou deux capsules à écouter et participation à la discussion sur le blogue (pour des détails sur la participation aux discussions sur le blogue, référez-vous à la section "pour réussir". 

 

*Note à moi-même: réutiliser ce modèle l'an prochain et instaurer des périodes (en fin de journée) d'étude pour tous. 

 

Notre quotidien

Chaque matin, en entrant, les élèves disposaient de temps de travail personnel. Certains étudiaient, d'autres travaillaient à des projets personnels ou jouaient à des jeux logico-mathématiques alors que ceux qui avaient manqué de temps la veille, pouvaient procéder à l'écoute de la capsule. 

Une fois la routine bien établie, j'ai réalisé que ce moment me dotait de précieuses minutes pour aider les élèves qui, par leurs commentaires sur le blogue, me permettaient de croire qu'ils éprouveraient de la difficulté avec la notion / le travail de la journée. Un suivi personnalisé. Voilà ce que je pouvais maintenant leur offrir. Aie-je réussi chaque matin? Non... Honnêtement, les imprévus dans une classe étant ce qu'ils sont, plusieurs de mes matins furent consacrés à d'autres nobles causes. 

*Note à moi-même: insister davantage sur les "3 avant moi" l'an prochain. Plusieurs imprévus peuvent se régler sans mon intervention. 

 

Le travail en îlots de compréhension a connu un grand succès au sein de mon groupe. Ainsi, lorsque j'effectuais un retour sur la notion vue la veille (par le biais de résolutions de problèmes ou de manipulations), mes élèves se séparaient selon leur niveau de compréhension. Il y avait donc un groupe qui admettait n'avoir rien compris et avoir besoin d'un grand soutien pour la réalisation de la tâche. Au centre de la classe, s'installait le groupe d'élèves qui estimait avoir suffisamment assimilé la notion mais qui risquait d'avoir quelques questions. À l'autre extrémité de la classe, se plaçaient les élèves qui affirmaient avoir tout compris et être prêts à réaliser, de manière autonome, la tâche. Évidemment, au départ, la majorité souhaite se placer dans un îlot où elle aura de l'autonomie. Par contre, les élèves réalisent rapidement qu'ils ont tout avantage à venir travailler avec moi, en sous-groupe. Quant aux plus rapides, ils y trouvent leur compte et peuvent se permettre d'aller plus loin que si nous avions travaillé en grand groupe. 

 

Pour le reste de la journée, ma classe ressemblait à n'importe quelle classe. C'est-à-dire que mes élèves et moi travaillions sur différents projets selon nos inspirations du moment. 

 

Les capsules / l'investissement de temps

Tourner ses propres capsules demande du temps. Heureusement pour moi, j'ai travaillé avec mon collègue afin de maximiser notre potentiel et minimiser l'investissement de temps. Avec en banque un mois de capsules dès la rentrée, nous avons réussi à maintenir le cap et à posséder une capsule par notion... du moins en math. Pour le français, nous repasserons. 

 

En conclusion

Ce fut une intégration réussie. J'entamerai la prochaine année scolaire en priorisant cette approche. Fait-elle la différence dans la réussite des élèves? Il est beaucoup trop tôt pour en parler. En réalité, je crois plutôt que la classe inversée n'est qu'un outil parmi tant d'autres qui fait son effet au niveau de la motivation des élèves. Par contre, je dois avouer que j'ai eu beaucoup de temps cette année pour accompagner individuellement chaque élève qui en avait besoin. C'est un avantage à considérer. 

L'an prochain, je prévois ajouter la plateforme Didacti à mon enseignement en lien avec la classe inversée. À suivre... 

 

(Je vous invite à consulter les onglets "avantages" "inconvénients" "pour réussir" et "documentation" afin d'obtenir plus d'informations).